Le prix Abel

Chaque année depuis 2003, l'Académie royale des sciences de Norvège décerne le Prix Abel, équivalent du prix Nobel pour les mathématiciens. Son nom rend hommage au grand mathématicien norvégien Niels Henrik Abel (1802-1829). Malgré sa mort prématurée à l'âge de 27 ans, Abel fut à l'origine de plusieurs résultats importants en mathématiques, notamment dans le domaine des séries, des intégrales, ou encore de la résolution d'équations. L'annonce de la création du Prix Abel avait été faite à l'occasion du bicentenaire de la naissance d'Abel. 

 

Les lauréats français

 

Le Prix Abel a eu pour premier lauréat un Français, Jean-Pierre Serre, également lauréat de la Médaille Fields, dont il reste à ce jour le plus jeune récipiendaire (il n'avait pas 28 ans quand il l'obtint). Jean-Pierre Serre est célèbre pour ses travaux en topologie, en géométrie algébrique et en théorie des nombres.


Depuis, deux autres mathématiciens français ont obtenu le Prix Abel : l'algébriste Jacques Tits (en 2008) et le géomètre Mikhaïl Gromov (en 2009).